insectes a manger

Les protéines d’insectes

Si vous suivez l’influenceur que je suis, vous aurez remarqué que j’ai pu ce week-end tester de nouvelles protéines à base de protéines végétales et d’insectes de chez WAFi, qui par ailleurs étaient très bonnes, j’ai été agréablement surpris (respectivement 20, 30 et 40 % de protéines d’insectes).

À cette occasion, je vous ai demandé votre avis sur le sujet et plus de 40 % d’entre vous étaient plutôt contre l’idée de manger des insectes, alors laissez-moi vous donner mon avis !

Premièrement, il faut savoir que notre mode de consommation actuel est problématique car il nécessite toujours plus d’espace et toujours plus de ressources. Et si vous vous dites que ce n’est pas grave, c’est cette croissante occupation de l’espace qui nous pousse à croiser des espèces sauvages porteuses de virus auxquels nous n’avons jamais vraiment été confronté, avec un risque de pandémie. Évidemment, toutes ressemblances avec une situation actuelle serait purement fortuite (mais c’est vrai qu’accuser les Chinois c’est plus facile que de se remettre en question).

Il est donc urgent (le COVID est la 6ème épidémie de masse en 20 ans, LOL) de trouver des solutions alors même que la population mondiale augmente #kencestcool

Double intérêts des insectes

Les insectes représentent à ce titre un double intérêt. Tout d’abord, leur qualité nutritionnelle sont excellentes, ils sont riches en protéines avec un aminogramme complet, contiennent des acides gras intéressants et sont très riches en minéraux (fer, cuivre, magnésium, zinc notamment) et en vitamines du groupe B avec notamment la B12 (indispensable et qu’on ne trouve que dans des produits animaux). Etant donné leurs apports, ils sont souvent comparés au bœuf car aussi intéressant nutritionnellement.

Sauf que, contrairement au bœuf, leur élevage est incroyablement plus écologique, ils nécessitent très peu d’eau, de place et rejettent peu de CO2 #petdevache

Alors, vous allez me dire que malgré tout ça, les insectes ça grouille et c’est dégeu.

C’est vrai que la vue d’un ver ne met pas forcément en appétit, mais au même titre que la viande doit être préparée, l’insecte doit être préparé. Je ne crois pas que vous tuiez vous-même votre poule ou votre bœuf.

Deuxièmement, nous ne sommes pas culturellement de gros consommateurs d’insectes contrairement à d’autres pays, mais quand on voit les bourriches d’huîtres, les douzaines d’escargots et les moules et autres bulots dont nous nous régalons, est-ce vraiment une réticence ou un simple manque d’éducation ?

Chacun se fera bien sûr son avis et aujourd’hui comme demain, vous êtes libre de manger ce que vous voulez, mais un peu de curiosité peut entrainer de belles surprises !

    Laissez votre commentaire ici