carrés de sucre

Pourquoi le sucre fait grossir

Deuxième post de la série sur les clefs de la perte de poids (2/4), on parle aujourd’hui du sucre.

Question pertinente mon cher ! Après tout, nous avons besoin de sucre non ? Pour avoir de l’énergie, pour le cerveau, etc. Et bien, oui et non.

Déjà, pour remettre les choses au clair, nous n’avons pas besoin de sucre. Mais genre pas du tout. Nous avons besoin de glucides et la nuance est énorme. Le sucre, c’est la saccharose, le sucre blanc, raffiné. D’ailleurs, pour la culture d’Homme du monde, le sucre de canne n’est pas meilleur. Il contient dix fois plus de nutriments que le sucre blanc, mais dix fois pas grand-chose, ça ne fait pas beaucoup plus.
Donc, je disais, nous avons besoin de glucides, pour faire une moyenne, environ 200 à 300 g de glucides par jour pour un adulte (c’est une moyenne, patapay). Cela représente entre 8 et 12.5 g par heure. Évidemment, cela varie en fonction des heures, de l’activité physique, de l’activité cérébrale, etc… Mais ce qu’il faut comprendre, c’est que premièrement, les besoins ne sont pas énormes et deuxièmement, une bonne partie d’entre eux sont couverts par les repas.

Comme je le disais la semaine dernière, dans le post pour lequel j’ai reçu un Pulitzer, tout ce qui n’est pas utilisé est stocké.

L’excès de sucre

Donc, à 16h30, puisque vous n’avez pas grignoté depuis le déjeuner, si vous mangez un fruit ou un petit écolier (environ 10 g de glucides chacun), vous allez probablement l’utiliser, puisque cela correspond à vos besoins. Mais, si vous mangez un kilo de fruit (110g de glucides) ou un paquet de petits écoliers (100 g de glucides), vous dépassez vos besoins et donc vous stockez. Vous remarquerez au passage que la densité énergétique des biscuits, qui contiennent en plus de la matière grasse, est bien plus importante que celle des fruits.

Le sucre ne fait donc pas grossir en tant que tel, le titre était tape à l’œil, mais les produits sucrés tel qu’ils sont proposés apportent une quantité de sucre (et je ne parle pas du reste) trop importante par rapport à nos besoins.

    Laissez votre commentaire ici